La "Déclaration des peuples indigènes" adoptée par les Nations unies

Publié le par caphi

Les peuples indigènes du monde entier célèbrent le vote de l'Assemblée générale des Nations unies en faveur de la Déclaration des droits des peuples indigènes. Au cours d'un vote historique, la Déclaration a été approuvée le 13 septembre 2007 à New York avec une écrasante majorité.

Les Nations unies adoptent la Déclaration des peuples indigènes
Un père et son fils enawene nawe au Brésil
crédit : © Fiona Watson / Survival
C'est finalement par un vote que la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones a été adoptée le 13 septembre à New York, malgré l'opposition du Canada, de l'Australie, de la Nouvelle-Zélande et des Etats-Unis.
Le texte a reçu un vote positif de la part de 143 pays, 4 voix contre et 11 abstentions, a rapporté Ashraf Kamal, le porte-parole de la présidente de l'Assemblée générale.
Lors de
la séance plénière du 13 septembre, la présidente de l'Assemblée, Sheikha Haya, a rappelé que l'ONU avait "ouvert pour la première fois ses portes aux peuples autochtones lors d'une cérémonie de lancement de l'Année internationale" qui leur était consacrée, en décembre 1992.
L'adoption de cette Déclaration, fruit de deux décennies de travaux, marque aussi la réalisation d'un des buts du Sommet mondial de 2005, a-t-elle fait observer.

La Déclaration affirme notamment que les peuples autochtones ont le droit à l'autodétermination et qu'en vertu de ce droit ils déterminent librement leur statut politique et recherchent librement leur développement économique, social et culturel. La Déclaration reconnaît aux peuples indigènes le droit de posséder leurs terres et de vivre comme ils le souhaitent. Elle stipule également qu'ils ne peuvent pas être expulsés de leur territoire sans leur consentement libre et informé.
Le texte prévoit que les États doivent accorder réparation par le biais de mécanismes efficaces, y compris en matière de restitution, mis au point en concertation avec les peuples autochtones, en ce qui concerne les biens culturels, intellectuels, religieux et spirituels qui leur ont été pris sans leur consentement libre, préalable et éclairé, ou en violation de leurs lois, traditions et coutumes.

Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a salué l'adoption de ce texte comme « une triomphe pour les peuples autochtones à travers le monde », marquant un moment « historique ». Il a appelé les gouvernements et la société civile à intégrer les droits qui y sont inscrits dans le droit international, dans les programmes de développement et dans les politiques à tous les niveaux, « afin que la vision qui fonde la Déclaration devienne une réalité ».

Le représentant de la France, Fabien Fieschi, s’est félicité de l’adoption de la Déclaration. Il a rappelé que " son gouvernement avait soutenu l’ensemble des engagements pris au niveau multilatéral en matière de promotion et de protection des droits des autochtones ".

Jumanda Gakelebone, représentant bushman de l'organisation First People of the Kalahari a déclaré hier : " Nous souhaitons exprimer notre immense joie devant cette heureuse nouvelle. Les gouvernements ne pourront plus nous traiter comme des citoyens de seconde zone, ils ne pourront plus expulser les peuples indigènes comme nous l’avons été ".

Kiplangat Cheruiyot, porte-parole des Ogiek du Kenya, a déclaré hier : " Avec l'adoption de la Déclaration, la vie des peuples indigènes a désormais autant de valeur que celle des autres citoyens du monde ".

Stephen Corry, directeur de
Survival International, a déclaré à l'annonce du résultat du vote : " En reconnaissant les droits collectifs, la Déclaration des droits des peuples indigènes va instaurer des standards internationaux tout comme l'a fait, il y a 60 ans, la Déclaration universelle des droits de l'homme. Elle va devenir l’instrument de référence qui permettra d'évaluer l'attitude des Etats envers les peuples indigènes et nous avons bon espoir que ce vote inaugure une nouvelle ère où la violation des droits des peuples indigènes ne sera plus tolérée ".

source : notre-planete.info, 17/09/2007

Commenter cet article