Une heure pour la PAIX, la planête...

Publié le par caphi

Une heure pour la PAIXAu-dessus-des-nuages--vol-Marrakech-Paris-le-18-d-cemlbre-2008.jpgAu dessus des nuages, vol Marrakech-Paris le 18 décembre 2007- photo caphi
L
e 31 décembre 1986, de midi à 13 heures, heure de Greenwich, en Angleterre (donc de 13 à 14 heures en France), des millions d'hommes, de femmes et d'enfants, sans distinction de nationalité, de religion, de race ou de politique, se sont réunis en esprit dans une pensée mondiale en faveur de la paix universelle.

Cette idée seule - celle de la paix planétaire comme une vision réalisable pour le nouvel an- les a unis en un courant puissant de force mentale et humanitaire afin de guérir la conscience collective de la terre et de transformer les énergies négatives d'égoïsme, de mépris, et de haine en une union sacrée de Fraternité, de Reconnaissance mutuelle et d'Amour.

Cette idée est née aux Etats-Unis avec John et Jan Price et en Union Soviétique avec Joseph Goldin, tous trois écrivains.
De leur concertation est né ce projet d'une heure pour la paix universelle.
Cette heure particulière a été choisie pour commencer le projet mondial car c'est à ce moment que tous les fuseaux horaires du monde s'accordent sur la même date.

Quand il sera midi à Greenwich, il sera minuit à l'autre bout du monde... le vrai début du nouvel an.

La Commission Planétaire propose de se retrouver le 31 décembre de chaque année en esprit pour une méditation mondiale pour la paix.

Si vous sentez que la paix commence en vous-même, avant de s'étendre à votre propre voisinage, pour qu'enfin elle rayonne dans le monde entier, alors soyons ensemble...

DE 13 A 14 HEURES LE 31 DECEMBRE !

L'idée, derrière cette manifestation collective, est très simple : l'union fait la force. Toute réalisation concrète et matérielle est la conséquence d'une pensée créatrice qui la précède.
Alors, pour que la paix se réalise sur terre, il faut qu'assez de gens partout dans le monde y pensent et la visualisent ensemble, au même moment.

QUE FAIRE CE JOUR-LA ?

Concrètement, il est suggéré que toutes les personnes intéressées fassent l'effort de garder une pensée positive en faveur de la paix universelle pendant l'heure de concentration et de méditation le 31 décembre.

Pour la France c'est entre 13 et 14 heures.

Essayez de passer cette heure avec d'autres gens que vous connaissez et qui s'intéressent à cette idée.
Vous pouvez faire une méditation ensemble en faveur de la paix universelle, ou passer des moments en silence, en prière, en chants ou en simple recueillement personnel.

Cet appel est universel et personnel.
Chacun est libre d'y répondre à sa manière.


L'essentiel n'est pas tant un geste public qu'une attitude nouvelle à prendre : une attitude personnelle d'accepter de vivre en paix avec ses semblables ici sur notre foyer commun la terre.
Cela implique un consentement à la paix, à une attitude d'amour.

Souhaitons que des endroits publics, églises, temples, mosquées, synagogues, amphithéâtre, etc, soient ouverts pour accueillir du monde.
Parlez-en avec leurs responsables et obtenez leur coopération.
Parlez de ce projet partout, chez vous, au bureau, à l'école, à la fac,
dans la rue, dans les transports en commun...

LA PAIX UNIVERSELLE COMMENCE EN MOI.

LA PAIX UNIVERSELLE DEPEND DE NOUS TOUS.

LA PAIX UNIVERSELLE DEPEND DE VOUS ET DE MOI

Laissez monter la "voix" qui vient du plus profond de vous, si elle vous dit de participer de manière collective ou individuelle.

Si votre "rationalité" étouffe cette voix, faites circuler cette information, donnez-la à un ami, à votre voisin, à votre famille, aux personnes que vous rencontrez.

LE 31 DECEMBRE DE 13 H A 14 H

Amour et Fraternité.


"Earth Hour", une heure dans le noir pour sauver la planète La Tour Eiffel en tête, des centaines de monuments et bâtiments publics ou privés ont été plongés dans le noir samedi 28 mars 2009 à 20H30 un peu partout en France, dans le cadre de l'opération "Une heure pour la planète" (Earth Hour) destinée à promouvoir la lutte contre les dérèglements climatiques.

La Tour Eiffel éteinte à l'occasion de l'opération "Une heure pour la planète", le 28 mars 2009

 

A Paris, l'éclairage extérieur de plus de 200 monuments devait ainsi être coupé pendant une heure, de 20H30 à 21H30. Des plus prestigieux, comme le Louvre, Notre Dame, l'Arc de triomphe, l'Opéra Garnier, l'Hôtel de Ville, aux ponts sur la Seine ou à de simples fontaines d'arrondissement.

Le palais de l'Elysée a éteint symboliquement façades et bureaux. Nicolas Sarkozy "s'est réjoui du succès de cette opération qui a démontré l'ampleur de la prise de conscience en France et dans le monde, des dangers du dérèglement climatique", selon un communiqué de la présidence.

La Tour Eiffel, elle, n'a été éteinte que durant cinq minutes à 20H30, pour des raisons de sécurité, et n'a pas scintillé à 21H00, a constaté une journaliste de l'AFP. Après un compte à rebours, le ministre de l'Ecologie Jean-Louis Borloo et la secrétaire d'Etat Chantal Jouanno ont symboliquement coupé le courant depuis la Place du Trocadéro sous les applaudissements.

En province, plus de 200 villes étaient mobilisées pour cette opération organisée à l'initiative du Fond mondial pour la nature (WWF). Des grandes métropoles comme Marseille, Toulouse, Nantes, Nice, Strasbourg, mais aussi des localités comme Behren-lès-Forbach, Mandelieu-la-Napoule, Coudekerque-Branche ou Villefranche-de-Rouerge.

Dans le centre de Lyon, 1.600 pandas en papier mâché (symbole du WWF) ont été éclairés par des lampions sur la place des Terreaux, alors qu'était coupé l'éclairage de la basilique de Fourvière et d'autres monuments de la ville.

A Saint-Malo, la municipalité avait notamment choisi de plonger dans le noir les remparts de la ville et d'autres villes de province ont opté pour une interruption plus ou moins longue de l'ensemble de l'éclairage public non indispensable.

Des monuments annoncés comme devant être éteints étaient en revanche toujours éclairés dans certaines villes après le début de l'opération.

Partout les habitants étaient encouragés à couper leurs lumières pour soutenir symboliquement la lutte contre les émissions de gaz à effet de serre. Le but de cette heure n'étant pas de réduire la consommation d'énergie, mais d'"envoyer un message lumineux" d'engagement envers la planète.

Associé à l'opération, le ministère du Développement durable avait invité chaque citoyen "à adopter au quotidien les bons gestes, ceux qui nous permettront de préserver notre planète".

Plus de 1.000 villes devaient au total participer à l'opération sur l'ensemble de la planète avec pour mot d'ordre, "Eteignons nos lumières, allumons nos consciences !". Lancée en 2007, "Une heure pour la planète" a pris de l'ampleur en 2009 - année décisive pour la lutte contre le changement climatique avec la négociation d'un accord en décembre à Copenhague pour prendre la suite de la première phase du protocole de Kyoto.

(source : AFP/ Yahoo! Actualités)

Commenter cet article